Faites connaissance avec Michaël, chauffeur de camion-citerne

Faites connaissance avec Michaël, chauffeur de camion-citerne

Il arrive qu’il se laisse prendre au jeu, pour voir s’il est toujours ce Héros de la Route. Avec ses 28 printemps, Michaël est encore l’un des jeunots parmi les chauffeurs de camion-citerne, mais ne vous y trompez pas. Son ambition débordante lui a permis d’acquérir une expérience plus que suffisante.

Pourtant, Michaël ne travaille chez Comfort Energy que depuis un an et demi. « Avant, j’ai travaillé comme déménageur pendant trois ans. C’était par moments vraiment difficile. Même les hivers les plus chargés ne sont rien par rapport àce que je vivais. Ici, le planning fait parfaitement son travail. »

Combien de clients puis-je servir ?

Qu’est-ce qui a poussé Michaël à tenter sa chance en tant que chauffeur de camion-citerne ? « Je voyaissouvent passer les camions de Comfort Energy. Voir rouler un tel molosse, ça en impose. Nous avons depuis peu un camion à quatre essieux pouvant contenir 24.000 litres de mazout, ce qui est très impressionnant. »

« Je trouve également très stimulant de passer d’un client à l’autre et de toujours devoir proposer une solution personnalisée. Je tente constamment d’améliorer mes chiffres. Servir le plus de clients possible, sans compromettre la qualité. C’était déjà comme ça pendant ma formation. Pour moi, le rythme de ma première ronde pouvait déjà s’accélérer, alors j’ai moi-même appuyé sur le champignon [rires]. Le fait que nous travaillions avec des contrats et des primes basés sur la performance, c’est toujours ça de pris naturellement. »

Apprendre en observant

« Mais ne le sous-estimez pas. On ne peut pas comparer ce travail à un autre . Quand on est nouveau, il nous arrive un tas de choses lors des premières semaines. Heureusement, il y a des chauffeurs qui vous assistent pendant trois semaines de formation. Pendant cette période, vous devez apprendre à connaître votre camion et vos instruments, intégrer tous les protocoles de sécurité… Vous devez alors tout emmagasiner et ne pas vous laisser effrayer. On apprend en effet très vite. Et une fois qu’on s’est amélioré, ça devient rapidement très plaisant. »

Jamais sur le pilote automatique

« Peu importe votre façon de manœuvrer, vous devez toujours rester concentré. Sur la route, pendant les démarches administratives, lors des contacts avec le client… Garantir une bonne qualité de service n’est possible qu’en réfléchissant toujours à deux fois. Et en ne faisant rien d’automatique. »

Ne jamais faire le fanfaron

« Sur la route aussi, il faut rester concentré à tout moment. On entend parfois que les personnes dangereuses sur la route, c’est nous. Mais il y a beaucoup de malentendus à ce sujet. En fait, tous ceux qui obtiennent leur permis de conduire devraient passer une demi-journée dans un camion. Pour qu’ils aient une meilleure idée de la façon dont les choses se passent pour nous. Nous conduisons un camion chargé de milliers de litres de liquide. D’ailleurs, plus la citerne est vide, plus il est difficile de garder le véhicule sous contrôle. »

« De notre côté, nous devons juste essayer de conduire le plus doucement possible, sans jouer au héros. Si nous hésitons ? Nous cédons la priorité. La route devient trop étroite ? Nous cherchons une autre solution. »

Récupération en été

La période estivale est souvent plus calme, mais pas pour Michaël. « Les heures de récupération payées que nous recevons en compensation de l’hiver font naturellement plaisir. Mais je n’arrive jamais à rester inactif. Quand ça s’est un peu calmé l’année dernière, je me suis mis à neutraliser, mettre à la ferraille et pomper des citernes pendant quatre mois. Mais on peut aussi faire appel à moi le samedi en périodes de pointe. De telles opportunités, on les saisit pour continuer à grandir. »

Jamais très loin

Est-ce qu’il reste du temps à Michaël pour s’octroyer des loisirs après ses heures de travail ? « Je travaille dans un rayon de maximum quarante kilomètres autour du dépôt de carburant. Cela m’épargne ainsi de longues distances. Le soir, je rentre donc généralement bien à temps chez moi. Je peux encore vraiment m’amuser à cuisiner un bon petit plat et à trouver les bonnes saveurs. Et parfois je vais à la salle de sport. De nombreuses techniques que j’utilise à la salle de sport sont aussi très utiles pendant les heures de travail. Je pense que rares sont les gens capables de retirer le tuyau d’essence de la voiture plus rapidement que moi [rires].

© 2020 Comfort Energy
- Declaration de confidentialité